Biologie des termites

Caractéristiques principales

Un termite (le genre est bien masculin), est un insecte de l’ordre des isoptères (insectes dont les ailes antérieures et postérieures sont identiques). Il possède une morphologie simple, proche des blattes, mais a un comportement très complexe, car il s’agit d’un insecte social, qui vit en colonie. Une colonie de termites est peuplée de 100 à quelques millions d’individus et peut vivre dans des niches écologiques très différentes, allant de la forêt tropicale aux déserts. Dans ces milieux naturels, les termites ont un rôle de recyclage des matières végétales de la nature.

En Afrique, ou en Australie, les colonies vivent dans une termitière, mais en France une colonie est diffuse et construit un réseau qui s’étend vers les endroits où elle trouve de la nourriture :

Termitière en Afrique   Termitière en Australie   Termitière dans nos régions …

Les espèces

En 1997, on distinguait 5 grandes familles, 285 genres et environ 2753 espèces de termites dans le monde. En France, on rencontre trois espèces de termites :

  • les kalotermes faviolis, espèce peu nuisible, qui vivent dans le Sud au sein de bois morts et de souches de vignes, car elle n’affectionne pas le sol ;
  • les lucifugus, espèce réticulitermes (sous terraine), qui infectent les département du VAR et de Alpes Maritimes ;
  • et les santonensis, espèce la plus active, que l’on rencontre dans les Charentes Maritime, la région Bordelaise, à Paris, à Albie, ou encore Montauban.

Les membres de la société

Les termites, comme les abeilles ou les fourmis, sont organisés en société. Les différents membres de cette société ont un rôle très précis à jouer.

Les termites ouvriers nourriciers de la colonie

Ils s’agit d’individus blancs, qui se déplacent rapidement, et qui sont les plus nombreux dans une colonie. Ils grouillent littéralement à l’intérieur des morceaux de bois qu’ils ont investis. Leur tâche consiste à consommer la cellulose, à la digérer, puis à la régurgiter pour nourrir tous les autres membres de la colonie. On appelle ce comportement la trophallaxie. Constamment en recherche de nourriture, les termites ouvriers prospectent sans relâche. Ce sont eux qui provoquent les dégâts, et qui construisent les « cordonnets » qui, sur les murs d’une construction, révèlent la présence de termites et leur permettent de franchir des zones impénétrables tout en restant à l’abri de la lumière.

Les termites soldats défenseurs de la colonie

Ils sont blancs et de la même taille que les ouvriers, mais beaucoup moins nombreux. Ils se distinguent par une tête disproportionnée, très colorée, et deux grosses mandibules avec lesquelles ils défendent la population contre les ennemis, principalement les fourmis. Leur tête hypertrophiée ne leur permet pas de se nourrir seuls. Les ouvriers les alimentent par trophallaxie.

Le couple reproducteur une phénoménale fertilité

Il est composé d’un mâle de couleur sombre et ayant perdu ses ailes, et d’une femelle sans ailes, sombre également, mais dont l’abdomen énorme prend des teintes variées. Cet abdomen hyper développé lui permet de produire plus d’un milliers d’œufs par an. La femelle reproductrice est incapable de se déplacer, et donc de se nourrir. Comme le reste de la population, elle est alimentée par les ouvriers.

Les néoténiques reproducteurs secondaires

Lorsque la population est suffisamment développée, on rencontre des reproducteurs secondaires, appelés néoténiques. Ils ressemblent aux ouvriers, mais sont plus longs (5 à 6 mm) et possèdent sur le dos de petites ébauches d’ailes. Ils sont capables de se déplacer dans les galeries créées par les ouvriers et de fonder, un peu plus loin, une nouvelle colonie.

Le cycle biologique des termites

Les œufs pondus par les femelles de la colonie contiennent des larves qui se transforment après éclosion pour donner naissances, par mues successives, aux différents membres de la colonie.