Le papillon du palmier (Paysandisia archon)

Le paysandisia archon est un papillon « palmivore », également connu sous le nom de Sphynx du palmier. C’est un lépidoptère de la famille des Castniidae.

Description

L’adulte a une envergure pouvant aller jusqu’à 11 cm. Il présente des ailes antérieures olive à bronze, et des ailes postérieures vivement colorées de taches blanches et noires sur fond rouge orange.

Ses œufs ont la taille et l’aspect de grains de riz.

La chenille, de couleur blanche, peut atteindre un centimètre de diamètre et 8 à 11 cm de long :


Origine et expansion

La paysandia archon est originaire de l’Uruguay et du centre de l’Argentine. Il a été introduit accidentellement en Europe par des importations de palmiers prélevés dans la nature dans ces régions d’Amérique du sud.

Dans le milieu des années 1990, il s’est répandu en France où il a été détecté dans le Var, puis l’Hérault et la région Midi Pyrénées. Ses larves ne craignant pas le froid, même les régions au nord de la Loire pourraient être touchées (ou le sont déjà).

Bien qu’il ne semble pas être un grand voyageur, il se propage de de palmiers en palmiers et peut progressivement infester toute une commune ou une agglomération.

Les palmiers concernés

En France, les palmiers menacés par ce papillon, en dehors des espèces du continent sud américain, sont les Livistonia, les Phoenix, les Sabals, les Trachycarpus, les Washingtonias et les Chamaerops humilis.

palmier_chamaerops_humilis

Chamaerops humilis

Les Trachycarpus fortunei et les Chamaerops humilis sont particulièrement attaqués car ils ont un cœur tendre et les fibres de leurs stipes facilitent la dépose des œufs.

palmier_trachycarpus_fortunei

Trachycarpus fortunei

Les symptômes


Les moyens de lutte

Ce papillon peut être éliminé en l’infectant avec un champignon entomopathogène. Ce champignon agit par contact et peut le parasiter à tous les stades de développement.

Cette méthode de traitement biologique à l’avantage de ne présenter aucun risque pour les insectes pollinisateurs et la plupart des auxiliaires (insectes vivant en symbiose avec l’arbre).